Bruno San Marco, peintre et photographe du dimanche et des autres jours, vous présente ses œuvres sur Verticalités.

Vous pouvez vous renseigner pour les acheter, elles sont à vendre ou juste à regarder si vous passez devant ma roulotte. J’aime l’écriture mais également tous les arts. Ils nous élèvent, attisent notre curiosité et nourrissent nos élans et nos envies.

Sculpteur de l’instant qui surgit. Je suis pour le mouvement libre et improvisé, débarrassé des carcans avec vue sur l’instant mobile immobile. L’art permet de suggérer. Ce que j’aime traduire du monde ce sont les instants présents, le déplacement fugace qui naît dans l’inspiration. Je n’ai pour toute technique que mon imagination qui s’élance dans l’improvisation la plus totale. Je n’aime pas me répéter ni imiter les autres.

quelques collages

Pour m’aider à combattre ma timidité, ma mère m’avait inscrit à un atelier de peinture, je devais avoir 8 ou 9 ans. Je ne connais pas l’impact du procédé (j’ai des doutes) mais l’un de mes collages réalisé parmi mes pairs servit d’affiche pour la publicité de l’atelier pour l’année suivante. J’ai toujours aimé la photo et les collages. Nul en dessin par contre. Je me suis à la peinture en 2018 en débutant avec l’encre de Chine.

Libre sous les barreaux

L’art m’a toujours attiré. J’ai longtemps possédé un piano qui m’a suivi au cours de mes pérégrinations supportant avec bonhomie son martyre. J’ai joué la comédie et j’ai écrit des pièces de théâtre mais sans aller bien loin dans le domaine même si j’ai dirigé deux troupes et monté quelques spectacles qui ont connu de joyeux moments.

La photographie m’attire énormément mais en amateur qui n’aime ni les modes d’emploi ni les longs apprentissages. Tout, tout de suite. Un peu trop entier pour patienter. Parfois la vie m’apporte des nuances. Je suis pourtant un joueur d’échecs sensé savoir attendre.

J’aime beaucoup la sculpture, si je devais m’y mettre ce serait en ramassant un bout de bois et en essayant de parfaire sa forme ou de lui donner une âme. Sur le plan productiviste (beurgh), c’est l’écriture qui m’a apporté le plus de succès en voyant régulièrement mes articles ou mes livres publiés. Sous mon nom ou sous des pseudonymes j’ai pu avoir la joie de rencontrer un (petit) public. Aujourd’hui j’ai laissé tomber l’espoir de me lire dans les librairies n’étant pas adepte d’un monde de l’édition trop mercantile à mon goût. J’écris des choses trop personnelles et pas assez lisibles par la masse pour être vendues.

Feuilles A4 grossièrement barbouillées, mes débuts…

Ma contribution aux arts plastiques s’était surtout cantonnée jusque lors dans les collages. D’abord des grands puis des plus petits. La peinture cela date de 2018. J’ai commencé avec l’encre de Chine et des feuilles de papier A4. Mon appartement et la rue me servaient de laboratoire et de galerie. J’ai testé la gouache et l’acrylique un peu plus tard puis le mélange des matières. J’ai même peint avec de la confiture, aimant tester et inventer. Nul pour le dessin depuis le CP je fus bien sûr obligé de me cantonner à l’abstrait qui camoufle mes lacunes mais en « jetant de la peinture » sur mes toiles j’ai souvent la stupéfaction de voir des formes apparaître mieux que si je les avais dessinées. Je cherche une harmonie dans les couleurs tout en explorant ingénument des profondeurs, des reliefs, des lignes, des courbes.

J’aime transformer mes toiles ratées (presque toutes) en autre chose, les reprendre, les repenser, les badigeonner de nouveaux atours, les rendre acceptables. J’en jette parfois à la benne ou je les pose dans un coin de rue. Je commence à en vendre mais il est trop tôt pour exposer mes travaux. Je suis un chercheur qui cherche. Je vais toujours au bout de mes passions. Quand j’y renonce, c’est qu’elles se heurtent à une voie sans issue.

Bruno San Marco

11 commentaires sur « Qui suis-je ? »

  1. Un portrait qui te ressemble. Bruno, dévoreur de vie, mélangeur de couleurs, graveur tout terrain, testeur d’expression artistique et talentueux pourvoyeurs de mots, dresseur de phrases, le verbe haut, la langue bien pendue, laborantin de medium colorés et d’idées créatrices.
    J’espère que je n’ai pas été trop audacieuse dans mes propos.
    Maintenant, je continue ma visite 🙂

    Aimé par 2 personnes

  2. Chez Bruno San Marco, il y a toujours des surprises.
    Très bel autoportrait fort en images et couleurs.
    Aimer l’art c’est donner vie à toutes les formes invisibles, par la création et l’imagination, quel que soit le support.

    J’adore les carrés noirs et blancs sur la feuille A4. Ce type d’exercices devrait être proposé dans tous les ateliers de dessins pour petits et grands, jeunes et vieux.
    Je le trouve apaisant et vivant.
    Comme si les carrés dirigés vers le haut prenaient la forme d’un escalier.
    Ils sont tous différents et vivent ensemble en paix. Très inspirant.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s