La très longue avenue jean Jaurès qui part du périphérique de Nîmes pour rejoindre Lyon ou Montpellier presque aussi grande que les Champs-Élysées bifurque soudainement pour fondre deux kilomètres plus loin sur le jardin de la Fontaine. Avec un œil bien sûr vertical, vous pouvez croiser des jets d’eau majestueux, un bœuf perché sur un piédestal, une pyramide en hommage aux morts, des maisons du XIXème siècle, des buildings, un ensemble un peu chaotique qui manque d’animation car on a oublié d’y installer théâtres, salles de concert, boutiques sympas.

5 commentaires sur « Une avenue contrastée »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s